J'ai découvert l’Amérique Latine en intégrant l'école des Beaux-Arts de Montevideo en Uruguay. Devenir étudiant dans cette école était pour moi un moyen de découvrir de manière empirique la culture ibérique. Et pour accentuer cette vision de voyeur que je voulais adopter, j'ai installé mon atelier sur le toit de l'école, comme un observatoire.

 

J'y ai vécu pendant un mois, de mon inscription jusqu'au passage du diplôme des étudiants et donc potentiellement du mien.

J'ai invité les membres du jury à monter dans mon atelier pour voir la scénographie que j'avais construite de bric et de broc et qui avait servi au tournage d'une vidéo reprenant les mouvements des danseurs locaux précédemment étudiés. Délaissant délibérément les espaces habituellement utilisés pour les passages de diplôme, cette performance a traduit ma position en tant qu'artiste invité et regardeur assoiffé, en el techo.

I discovered Latin America by integrating the Fine Arts School of Montevideo, Uruguay. Becoming a student in this school was for me a way to discover the the Iberian culture in an empirical way. And to accentuate this voyeuristic vision that I wanted to adopt, I set up my studio on the school’s roof, as an observatory.

 

I lived there for a month, from my registration to the students’ graduation and so potentially mine. I invited the jury to climb to my studio in order to see the scenography that I had built of bits and pieces, and which had served for the shooting of a video showing the local dancers movements that I have studied previously. Abandoning deliberately the spaces where usually takes place the works presentations at the end of the year, , this performance reflects my position as a guest artist and a thirsty viewer, en el techo.

En el techo, 2013

Performative installation