Chane Football Club, 2015

180x180x240 cm, brazilian pine, objects, video loop, metal, wood

Chane Football Club is an installation that follows a life experience within the indigenous community Chane, located on the border of Bolivia and Argentina, in the province of Salta. They live there recessed from the civilized world, amid an effervescent nature.

 

It took me over a month of research on site to find the exact location of this community and get there, with my curiosity for their craft as the only search index : the manufacture of wooden mask.

 

I met for the first time the Chane during the annual Community Carnival: el Pimpim. Contrary to the other community parading in traditional dress, them were dressed in football jerseys and danced under the boos of the crowd. Their lifestyle is a reflection of their performance, between modernity and tradition, marginalized and using football as an attachment point with the rest of the world.

 

Back in France, I have chosen to use only one deliberately corrupted video to recreate the atmosphere of this community, halfway between the stands football stadium and the stands carnival. This choice was made in an attempt to preserve their anonymity, And to focus attention on what I was came looking there: a knowledge manual.

 

In the manner of a cabinet of curiosities, Chane Football Club belong so more from a cultural and visual borrow to put it on a display, where are confused gleaned objects from a local ethno-craft with small sculptures that I make.

Chane Football Club est une installation qui fait suite à une expérience de vie au sein de la communauté indigène des Chane, située à la frontière de l’Argentine et de la Bolivie, dans la province de Salta. Ces derniers y vivent en retrait du monde civilisé, au milieu d’une nature effervescente.

 

Il m'aura fallu plus d'un mois d'exploration de la région pour trouver l'emplacement exacte de cette communauté et m'y rendre, en ayant pour seul indice de recherche ma curiosité pour leur artisanat : la fabrication de masque en bois.

 

J'ai rencontré pour la première fois les Chane lors du carnaval communautaire annuel : le Pimpim. Contrairement aux autres communautés défilant en habits traditionnels, ils étaient vêtus de maillots de football et dansaient sous les huées de la foule. Leur mode de vie est à l'image de leur prestation, entre modernité et tradition, marginalisé et utilisant le foot comme point d’attache avec le reste du monde.

 

De retour en France, je n'ai choisi d'utiliser qu'une seule vidéo délibérément corrompue pour retranscrire l'ambiance de cette communauté, à mi-chemin entre la tribune du stade de foot et les gradins du carnaval. Ce choix s’est fait dans le souci de conserver leur anonymat, et pour focaliser l'attention sur ce que j’étais venu chercher au sein du village: un savoir-faire manuel.

 

A la manière d'un cabinet de curiosité, Chane Football Club relève donc plus d'un emprunt culturel et visuel à des fins de mise en étalage, où sont confondus objets glanés et issus d'un ethno-artisanat local, avec des petites sculptures que j'ai fabriquées.